L’A.I, intelligence artificielle, va bouleverser le monde de la création graphique, motion, art

Les métiers créatifs ont longtemps pensé être protégés de l’automatisation de leur travail. Comment une machine pourrait créer de l’art, domaine sensible et émotionnel, forcément réservé à l’humain ? Pourtant depuis quelques années des applications basées sur l’intelligence artificielle (AI) tendent à remplacer, en partie ou totalement, le travail des créatifs. Il faudra que ces derniers s’adaptent aux changements qui s’annoncent dans un futur proche.
Besoin d'un graphiste? Poster une annonce (gratuite) 100% gratuit - sans inscription - recevez 10 réponses en moyenne

Les applications de l’AI dans les métiers créatifs

Les premières évolutions notables en termes d’AI et de création concernent l’automatisation de tâches créatives.
  • L’entreprise Adobe et l’Université de Cornell ont par exemple développé un programme de « photo matching ». Auparavant il fallait de solides connaissances en retouche photo, un oeil exercé et des heures de travail pour faire un photomontage parfait des deux images. Avec ce programme, il suffit d’uploader deux photographies et d’indiquer le résultat voulu pour que l’algorithme se charge du montage dans un temps record.
  • Google de son côté développe une technologie permettant de supprimer directement des éléments d’une photo. Là encore cette tâche nécessite des connaissances poussées de Photoshop et quelques heures de travail pour arriver à un résultat satisfaisant actuellement. Lorsque Google sortira cet outil pour le grand public, cette tâche risque de ne plus incomber au créatif en charge de la retouche photo.
  • L’artiste londonien Patrick Tresset a quant à lui, réalisé une AI qui apprend au fil de ses dessins. Il a pour cela créé des machines avec un bras robotisé au bout duquel se trouve un crayon. Ces machines ont dessiné des portraits de personnes pendant 6 ans, créant une base de données de plus de 3500 portraits, couplés avec une photo du modèle. Ces 6 années d’apprentissage permettent maintenant à l’algorithme de créer un portrait d’une personne sans intervention humaine et à partir d’une simple photo. Même si le projet est loin d’être totalement fonctionnel, il montre que c’est possible. De plus le robot devient de plus en plus précis au fil des années pouvant in fine remplacer le dessinateur.
  • Enfin, le dernier exemple de l’utilisation de l’AI dans les métiers créatifs, la manipulation vidéo ou photo en temps réel. CycleGAN est un algorithme qui vise à pouvoir transformer des images en temps réel pour les transformer en une autre. L’exemple le plus marquant de cette application de l’AI est une vidéo sur Youtube montrant un cheval. Grâce à l’algorithme ce même cheval se transforme en zèbre sur une seconde vidéo. Bluffant !

Qu’est ce que l’AI va changer pour les métiers créatifs ?

Ces applications de l’AI aux métiers de la création peut faire peur. Des tâches qui incombaient auparavant à des professionnels expérimentés et formés sur notamment des logiciels techniques pourront à plus ou moins long terme être réalisées en quelques secondes par un programme. Il est important de ne pas ignorer ce phénomène car c’est en effet ce vers quoi tend l’évolution des métiers créatifs. Pour autant, l’automatisation des tâches est une pratique répandue dans presque tous les secteurs d’activité. Elle implique évidemment un changement dans la manière de travailler pour les professionnels créatifs. Les tâches basiques comme la retouche photo ou le fait d’enlever un objet de l’image risquent de devenir le travail des algorithmes. Mais il faudra toujours un professionnel de l’image pour vérifier ces images, gérer l’algorithme et s’assurer de son bon fonctionnement. Autrement dit, la machine ne remplacera jamais totalement le créatif dans ce cas-là. Mais là encore cette évolution existe dans presque tous les corps de métier. Le monde créatif doit en être conscient et anticiper les possibles évolutions ou disparitions de certains métiers.

Quid des droits d’auteur ?

L’un des grands problèmes soulevés par la création d’une AI est sur la question des droits d’auteur. Juridiquement le droit d’auteur s’applique à une « oeuvre de l’esprit ». Or une AI par définition ne possède pas d’esprit. Dans ce cas, à qui reviennent les droits d’auteur ? La justice pourrait décider que toute création d’une AI est par continuation celle du créateur de l’AI. Mais cela semble peu crédible étant donné la multiplicité d’oeuvres qui pourront être créées. A l’heure actuelle le flou juridique est total, autant en France que dans le reste du monde. L’exemple le plus marquant est celui de l’album de Taryn Southern, où toutes les mélodies sont composées par une AI. La chanteuse s’est chargée de l’écriture des paroles et du chant. L’AI nommée Amper a quant à elle, créé toute l’instrumentalisation et la production de l’abum : I am AI. Dans ce cas précis, Taryn Southern a choisi de partager l’intégralité des royalties issues de l’album avec Amper. Mais rien dans la loi ne l’oblige pour l’instant. Etant donné les possibilités d’applications de l’AI dans le domaine créatif, ce problème risque de vite se poser. Le Parlement européen a d’ailleurs proposé en 2016 de réfléchir à « accorder des droits de propriété intellectuelle spécifiques sur les oeuvres créées par une AI ». Preuve que ce sujet est déjà important et a besoin d’être réglé au plus vite afin que créatifs comme créateur d’AI puissent y voir clair.
Graphiste ? Vous avez besoin d'un imprimeur ? Profitez de 58€ de réduction de bienvenue En exclusivité, chez Exaprint, pour les pros des arts graphiques*
*Chaque nouvel inscrit venant de la part du site KobOne dispose d'un crédit de 58€ lors de sa première commande. Pour profiter de votre remise de bienvenue merci d'utiliser le code exclusif précisé sur la page d'inscription spéciale.   A lire ou voir aussi sur le sujet :

Cet article vous a plu?

Merci de le partager auprès de vos collègues créatifs !