Dominique MARION PEREDONE

Interview & présentation

Mon travail : Pourrais-tu nous expliquer en quelques mots quelle est ton activité?

En 1999, j'ai commencé à travailler dans la photographie en Bretagne, j'ai alors découvert tout un univers passionnant de créativité grâce à photoshop entre autres. Puis, en 2005, certains de mes clients se sont intéressés à mes connaissances dans l'utilisation de la lumière en vidéo. J'ai alors commencé à travailler pour des films. Depuis, j'ai fait le tour complet de ces activités, puisque j'ai joué, réalisé, filmé, monté et que je compose le plus souvent mes musiques. 

Mes clients, mes projets : Quel est le type de client pour lequel tu travailles le plus aujourd’hui ? Pour quels nouveaux clients souhaiterais-tu travailler ?

Mes principaux clients sont en général des gens assez exigeants sur la qualité esthétique des images, c'est mon point fort je dirais. Je vise donc tout client dont ce serait la préoccupation première, même si les budgets font que la qualité est souvent lésée par la volonté de volume. Je peux citer Disney/Marvel, AB Prod, Suez, Areva, Michelin, Le RITZ PARIS, Make Up For Ever...

Vision de mon métier : Quels sont les sujets ou préoccupations par rapport à ton métier qui te questionnent?

J'ai la chance de faire une activité qui tient du hobby. Je connais de plus en plus de gens qui font des films juste par plaisir, c'est un métier qui attire la curiosité. Je déplore l'attitude des élus et des médias envers les intermittents. Ca n'a pas de sens de taper sur des gens dont la vie est déjà compliquée.

Ma formation : Peux-tu nous présenter ton parcours et nous en donner les points forts ? Quels sont les spécificités de ta formation ?

Je suis un autodidacte de formation "ecole de commerce". C'est d'ailleurs le cas (autodidacte) de la plupart des gens que je connais.

Mes références : Quels sont pour toi les référents de ton métier, les projets ou personnages qui ont marqué ton métier ou ta culture personnelle et professionnelle?

Un photographe m'a énormément orienté dès le départ, Ian Sanderson, que j'apprécie et dont j'admire le travail. Plus tard, dans le cinéma, un chef opérateur, que j'ai vu plusieurs fois, Eric Gauthier (grace de monaco par exemple) pour sa patience. J'aime assez Tarantino que je n'ai pas rencontré. Et Monsieur Dupontel, qui sur un plateau, est impressionnant de concentration.

Mes outils : Quels sont les logiciels et matériels que tu utilises le plus souvent ?

Les outils informatiques sont au coeur de notre métier, bien sûr. J'utilise FCPX, la suite Adobe dont surtout After Effect, mais aussi des outils de MAO et quelques fois 3D. Sans compter les log d'étalonnage comme Davinci ou les outils RED. Cela fait pas mal d'outils à suivre dans leur développement, en plus des caméras.

Mes sources, ma culture : Le ou les sites sur lesquels tu vas régulièrement, les magazines que tu lis, les lieux et images qui t’inspirent…

Mon site référence est évidemment Deviant Art, mais aussi la blogothèque, brain magazine, et plein d'autres.


Côté cinéma, j'aime beaucoup le travail des américains, si riche en moyens (je parle de technique évidemment, lumières, prise de vue, etc...).


Mon magazine ce serait Science & Vie.


Les lieux qui m'inspirent, je n'en manque pas à Paris, mais d'une manière générale voyager est ce qui relance le mieux mon inspiration.


J'ai longtemps trainé au Louvre (une fois par semaine pendant des années), mais le tableau qui m'a le plus marqué est à La Rochelle : "Siège de la Rochelle" 1627. Un tableau de Henri Paul Motte peint en 1881 ou l'on voit le cardinal de Richelieu surveiller la bataille sur la mer dans une armure rehaussée de velours rouge. Impressionnant. 


En photographie je suivis pas mal d'artistes, Nick Brandt, Alas & Piggott, Colbert, Erwitt, Dolron... Il y en a tellement maintenant.