Sara Liliane Fernandez

Interview & présentation

Mon travail : Pourrais-tu nous expliquer en quelques mots quelle est ton activité?

Eco & Slow Design

Fondatrice de Terra Grafika et Illustratrice sous Slf Illustration, je suis spécialisée dans la création d'identité visuelle, particulièrement dans les domaines artistiques, culturels & sociaux.


Inspirée par mes nombreuses années de voyage à travers le monde, Terra Grafika est née sur les rives de l'océan Indien, au sein d'une petite ville africaine, Inhambane, de ma volonté de communiquer en beauté, tout en privilégiant les rapports humains.

Signataire écodesigner de la charte AFD (Alliance Française des Designers), je m'engage à prendre en considération la responsabilité écologique, sanitaire, la justice sociale et l’apport culturel dans l’innovation, la conception et le développement de mes services. 


Dynamique, réactive à mon environnement, et créative, je n'en reste pas moins idéaliste, souvent fantasque et parfois colérique.

Mes clients, mes projets : Quel est le type de client pour lequel tu travailles le plus aujourd’hui ? Pour quels nouveaux clients souhaiterais-tu travailler ?

Une clientèle plutôt éclectique, bien qu'aujourd'hui, l'engagement, l'environnement et l'humain soit au coeur des préocupations de la majorité de mes clients: ONG, réalisateurs, musiciens, en passant par la petite épicerie du coin, brasseurs de bière bio ou producteur d'huile essentielle. Vous voyez ?

Vision de mon métier : Quels sont les sujets ou préoccupations par rapport à ton métier qui te questionnent?

Le métier de designer graphiste est à préserver et valoriser. Il propose de concevoir et de créer un outil de communication en étroite collaboration avec tout les autres domaines. C'est un métier qui exige de la passion, de la créativité, de la réactivité, de la rigueur, de la remise en question, énormément de technique et une sensibilité constante pour le monde qui nous entoure.De la typographie, aux règles de copyright, en passant par l'art de la colorimétrie, le designer graphiste jongle entre art et techniques.
Et aujourd'hui, avec l'apparition de ces nouvelles économies, nos métiers sont en dangers et c'est à nous, professionnels de les RE définir tout en s'adaptant.

Ma formation : Peux-tu nous présenter ton parcours et nous en donner les points forts ? Quels sont les spécificités de ta formation ?

Issu d'un court cursus universitaire en Sociologie et Histoire de l'Art, je suis (RE)partie très vite en Afrique.
Après quelques années comme responsable de projet humanitaire, mes aspirations se sont naturellement tournées vers la communication au moyen d'images et de dessins simples, compréhensible par et pour tous. La communication visuelle me permet ainsi de rester engagée, et cosmopolite aussi.

Mes références : Quels sont pour toi les référents de ton métier, les projets ou personnages qui ont marqué ton métier ou ta culture personnelle et professionnelle?

Beaucoup de consoeurs et confrères m'inspirent, chaque jour, que ce soit en graphisme ou en illustration. Je reste épatée de toute cette créativité libérée par l'ère d'internet.
Après, il y a les incontournables, les classiques.

Mes outils : Quels sont les logiciels et matériels que tu utilises le plus souvent ?

Bon, je l'avoue, j'ai un mac. Je bosse avec lui et Adobe, parfois même pour lui.

Mes sources, ma culture : Le ou les sites sur lesquels tu vas régulièrement, les magazines que tu lis, les lieux et images qui t’inspirent…

Inspirée par mes nombreuses années de voyage à travers le monde, Terra Grafika est née sur les rives de l'océan Indien, au sein d'une petite ville africaine, Inhambane, de ma volonté de communiquer en beauté, tout en privilégiant les rapports humains.

En sus, je suis une passionnée d'illustrations, de beaux ouvrages, de Street Art, de reggae, dub, soul & blues, de vin naturel et de bons mets issus de circuits courts.