Guilhem Bedos

Interview & présentation

Mon travail : Pourrais-tu nous expliquer en quelques mots quelle est ton activité?

Je suis graphiste et travaille essentiellement dans le print et le web, avec le plus gros de mes activités pour le premier domaine. Mais je fais aussi de la 3D à l'occasion, à la fois par passion et pour illustrer des projets immobiliers. Pour le reste, c'est au coup par coup, selon les besoins du client : il faut savoir s'adapter aux demandes. Je fais aussi des remplacements ponctuels de personnel, parfois même dans le service comm' interne de grands groupes installés sur la région.

Mes clients, mes projets : Quel est le type de client pour lequel tu travailles le plus aujourd’hui ? Pour quels nouveaux clients souhaiterais-tu travailler ?

Je travaille exclusivement pour les associations et les PME-PMI (cabinets d'architecte locaux, commerçants de quartier, garagiste, etc) : de la création et la mise à jour de sites web, jusqu'à la conception de cartes de visite, de flyers et d'affiches ou encore de journaux locaux. Toutes les opportunités de créations graphiques rémunérées m'intéressent et je me penche toujors très sérieusement sur toutes propositions, quels que soient le secteur et la taille du client.

Vision de mon métier : Quels sont les sujets ou préoccupations par rapport à ton métier qui te questionnent?

La généralisation des outils informatiques de création graphique dans des entreprises dont ce n'est pas le domaine me préoccupe : parce qu'elles possédent les logiciels, ces entreprises pensent pouvoir les exploiter alors que rien ne peut remplacer le regard d'un professionnel du secteur graphique ; il y a ainsi un manque à gagner pour les graphistes mais aussi pour les entreprises dont la communication et la promotion deviennent plus approximatives et donc moins efficaces. Personne ne peut y gagner...

Ma formation : Peux-tu nous présenter ton parcours et nous en donner les points forts ? Quels sont les spécificités de ta formation ?

Après une prépa aux arts appliqués (communication, architecture d'intérieur, design, stylisme de mode, histoire de l'art et des arts appliqués), je me suis spécialisé à travers un BTS en Design Industriel (cpnception d'objets produits en série, de packagings et de véhicules : ergonomie et rapports de l'utilisateur aux objets qu'il manipule, procédés de mise en forme et résistance des matériaux, dessin d'exécution et dessin technique, graphic design, présentation des projets sous forme de maquettes et de modèles réduits, etc).

Ensuite, je me suis orienté vers l'infographie : d'abord en print (PAO-DAO, présentation-mise en page-publication), puis en web (conception et administration de sites web, en HTML) mais aussi en 3D (modélisation, création de textures, éclairage, animation) avec une spécialisation en 3D temps réel (conception de niveaux de jeu vidéo en 3D).

J'ai ainsi pu travailler dans la plupart des secteurs du graphisme :

- Conception d'identités visuelles et de logotypes
- Élaboration de packagings
- Mises en page de magazines, de flyers / affiches et de cartes de visite
- Créations de sites web
- Participation à la production de séries TV animées et de jeux vidéo tous publics

Mes références : Quels sont pour toi les référents de ton métier, les projets ou personnages qui ont marqué ton métier ou ta culture personnelle et professionnelle?

Walter Gropius, pour avoir fondé le Bauhaus, école d'exception qui a influencé tout le XXème siècle.

Raymond Lœwy, qui a su populariser le design industriel et le graphic design mais aussi l'aérodynamisme dans les chemins de fer et l'automobile.

Frank Lloyd Wright et Le Corbusier, pour avoir inventé cette architecture moderne dont on n'a pas encore cerné toutes les subtilités, surtout dans son rapport à l'Homme.

Au cinéma, Fritz Lang et Stanley Kubrick, qui ont pensé l'impensable.

Dans l'illustration pure, Frank Frazetta, récemment disparu, Christopher Foss, qui ne fait hélas plus parler de lui, et Wojtek Siudmak, heureusement toujours prolifique. Mais aussi Frank Kelly Freas, Virgil Finlay, John Schoenner et bien d'autres.

En BD, Alan Moore et Frank Miller, deux immenses scénaristes, mais aussi Jean "Mœbius" Giraud et Philippe Druillet, pour leur sens étonnant du graphisme en général et leur imagination bien féconde, ainsi que Yves chaland et Henk Kuijpers, pour leur approche bien particulière de la "ligne claire" ; sans oublier Simon Bisley, Bill Sienkiewicz et Juan Giménez, des plasticiens d'immense talent.

En animation et en manga : Hayao Miyazaki, Yoshiyuki Tomino, Tsutomu Niheï, Leiji Matsumoto et Shoji Kawamori, pour leurs cultures bigarrées et étranges mais familières à la fois – le Japon est couvert de cicatrices bien particulières...

En jeux vidéo : Unreal, pour le voyage, Armored Core, pour la construction, WipeOut, pour la vitesse, Soulcalibur, pour le combat, Front Mission, pour la stratégie.

En musique, Simple Minds et Pink Floyd, pour la nostalgie, Ministry pour la fureur expérimentale et les Chemical Brothers pour la sérénité tout autant expérimentale, Yoko Kanno, pour des compositions d'une beauté souvent époustoufalnte.

En littérature, Iain M. Banks, pour avoir renouvelé le space opera avec humour, Virginie Despentes, pour dire ce qu'elle pense, Vladimir Nabokov, pour me toucher avec sensibilité et intelligence, Ann Scott, pour son besoin d'amour,...

En essais, Gerard K. O'Neill et K. Eric Drexler, qui m'ont permis d'entrapercevoir des lendemains qui scintillent, Frans de Waal, qui m'a rendu confiance en mon prochain, Stephen Hawking, qui m'a permis de mieux comprendre l'univers, Jacques Ellul, qui m'a appris deux ou trois trucs sur un domaine que je croyais connaître puisque j'en suis diplomé.

Mes outils : Quels sont les logiciels et matériels que tu utilises le plus souvent ?

Pour les travaux 2D, ce sont bien sûr les incontournables Illustrator et Photoshop, mais j'ai une nette préférence pour Corel Draw quand la compatibilité logicielle n'est pas de mise.

Pour le web design, c'est Dreamweaver et de la conception en HTML exclusivement puisque l'ActionScript ne passe définitivement pas – et ce n'est pas faute d'avoir essayé...

En 3D c'est 3D Studio Max pour les travaux génériques et Artlantis pour les projets immobiliers ; Terragen reste ma solution préférée pour les rendus de paysages. En temps réel, c'est UnrealEd (qui m'a permis de gagner un premier prix au concours international organisé par Epic Games et Nvidia "Make Something Unreal" en 2004) mais j'ai aussi eu l'occasion de cerner quelques subtilités de Hammer...