Briac Pollier

Interview & présentation

Mon travail : Pourrais-tu nous expliquer en quelques mots quelle est ton activité?

Je suis un graphiste, spécialisé dans la vidéo: je prépare des éléments graphiques dans Photoshop et Illustrator, puis les anime et ajoute des effets dans After Effects. Diplômé de l'EESI, école d'art de Poitiers - Angoulême, mon intervention n'est pas simplement technique, je suis un créatif. Si je maîtrise les outils, j'ai avant tout un regard plastique. Je suis très habitué aux vidéos de communication interne, utilisées lors de conventions, telles des vidéos de lancement de produit.

Mes clients, mes projets : Quel est le type de client pour lequel tu travailles le plus aujourd’hui ? Pour quels nouveaux clients souhaiterais-tu travailler ?

Je travaille en général pour des agences de production, sur des projets pour de grands comptes, car mon type de prestation n'est pas donné, les vidéos nécessitent plusieurs jours de création, les petites entreprises sont rarement intéressées par ce type de communication. Je cherche donc à élargir ma clientèle, avec le même type de clients. Je suis aussi intéressé par les clients directs, y compris les petites entreprises qui auraient suffisamment d'argent pour se payer du motion design... Mais il est important pour moi de rencontrer mes clients. Je travaille généralement directement dans leurs locaux.

Vision de mon métier : Quels sont les sujets ou préoccupations par rapport à ton métier qui te questionnent?

Je suis un créatif. Mon métier est trop souvent vu comme une intervention technique, proche du montage. Ce n'est pas ça que je fais, et en tant qu'affilié à la MDA, je n'ai pas le droit de facturer ce genre de prestation. Je ne suis pas en train de dire que le montage ne nécessite pas de talent, il en a besoin, un bon monteur à un regard, pour sélectionner les meilleurs plans, et doit savoir monter en rythme. Mais il / elle utilise des éléments existants. Alors que je crée des univers graphiques, que j'anime après coup. Ce sont démarches très différentes.

Ma formation : Peux-tu nous présenter ton parcours et nous en donner les points forts ? Quels sont les spécificités de ta formation ?

Je suis diplômé de l'école d'art de Poitiers / Angoulême, EESI. J'aborde donc les choses sous un angle plastique depuis toujours. J'avais choisi cette formation car j'aimais dessiner, au départ je m'intéressais aux animations de jeux-vidéos, à la bande dessinée. Ce n'est pas ce que je fais mais je suis toujours dans la création. Le mouvement enrichit celle-ci, je trouve beaucoup plus riche un travail de motion design qu'une mise en page, pour un site internet ou une affiche... Mon école a une vocation artistique, mais elle orientée nouvelles technologie, et plus particulièrement image en mouvement pour ce qui est du site de Poitiers.

Mes références : Quels sont pour toi les référents de ton métier, les projets ou personnages qui ont marqué ton métier ou ta culture personnelle et professionnelle?

J'ai été très influencé, lors de mes études, par le clip de The child, d'Alex Gopher, créé par Antoine Bardou-Jacquet. Sortant d'un bac littéraire, obtenu avec mention, j'étais très intéressé par la problématique de création d'images à base de mots, la typographie cinétique avant l'heure... Le mot devient avec le graphisme un élément visuel, il n'est plus simplement descriptif, il devient lui-même image... De là à casser les règles préétablies et faire du mot un objet, l'élément précis qu'il est censé décrire, un mot pas juste illustratif mais carrément illustration, il n'y a qu'un pas. Qu'Antoine Bardou-Jacquet a franchi de manière extraordinaire dance ce clip. Bien sûr ce n'était pas le premier, des démarches similaires avaient été faites sur des images fixes par d'autres graphistes. Sur du mouvement Félix le chat dans le très vieux dessin animé éponyme utilisait des onomatopées devenues réelles pour intéragir avec le monde l'entourant. Dans le même style les phylactères de la bande dessinée belge l'Homme aux phylactères de Gennaux, les phylactères prenaient forme physique et intéragissaient avec l'environnement. Mais jamais une animation était allée aussi loin dans la personnification, réification des mots. Ce clip m'a marqué, et j'aime, dans une démarche similaire, créer des univers graphiques composés uniquement de typographies, en jouant sur leurs formes. Même si cela est beaucoup moins marqué dans mes projets les plus récents, car ce genre de démarche doit évidemment correspondre avant tout à la volonté du client.

Mes outils : Quels sont les logiciels et matériels que tu utilises le plus souvent ?

After Effects
Photoshop
Illustrator

Mac ou PC, peu importe, j'ai les deux.

Mes sources, ma culture : Le ou les sites sur lesquels tu vas régulièrement, les magazines que tu lis, les lieux et images qui t’inspirent…

Viméo est une bonne source d'inspiration pour connaître les modes et tendances graphiques, car c'est un repère à créatifs...