Inspiration graphique : Gemma O´Brien

Gemma O'Brien est une grande artiste australienne spécialisée dans la typographie, l’illustration et le lettering. Artiste accomplie depuis plus de 10 ans, elle se passionne très tôt pour la typographie et se fait connaître au travers de ses lettres si spéciales ; caractère gras et lignes sûres, sa calligraphie unique et ses illustrations détaillées l’ont emmenée à travailler pour les plus grands comme L’Oréal, Apple, Adobe, le journal américain The New York Times, le magasine PlayBoy, etc.

Son travail fait le tour du monde

Gemma O’Brien s'est vue recevoir de nombreux prix tant pour ses projets qu’en tant qu’artiste : campagnes publicitaires, publications éditoriales novatrices,  fresques à grande échelle, expositions aux quatre coins du monde. Aujourd’hui on la retrouve, par exemple, sur la pochette du dernier album du groupe Angus and Julia Stone, mais surtout, on retrouve la jeune australienne à China Heights où elle vient de terminer une installation personnelle en composant notamment une immense fresque entièrement peinte à la main. Née à Brisbane en Australie, Gemma O’Brien est aujourd’hui installée à Sydney. Alors encore qu’une enfant, Gemma a toujours aimé peindre, dessiner et créer. En grandissant elle n’en fera pourtant pas immédiatement une vocation. C’est d’abord vers des études de droit que l’artiste australienne se dirigera avant qu’elle ne se tourne, quelque temps plus tard, vers l’art et le design, pour notre plus grand plaisir. Une de ses dernières expositions américaines à Laguna Beach en Californie, a fait sensation auprès de tous, critique, presse comme public. On y retrouvait ses immenses lettres au caractère gras, ses lignes confiantes, entourés d’illustrations botaniques qui lui sont propres, le tout en noir et blanc. Ses textes s’inspiraient, dans la forme, de mot de passe, de messages d’erreur et de test captcha comme : « Prove You’re Human », « Remember Me » et des déclinaisons de : « Ok ». L’idée, l’intention de Gemma O’Brien avec cette exposition était de démontrer que les mots, parfois lus et re-lus sans le moindre intérêt, sans être un tant soit peu conscientisé, deviennent banals. Alors que, selon l'artiste, ils font écho à des questions beaucoup plus larges, plus intimes et plus humaines. On retrouve des connexions entre l’humain et le digital, le besoin de sens et de légitimité que l’on éprouve.

Pas de schéma particulier concernant son processus de travail. 

Elle trouve l’inspiration partout, dans le quotidien qui l’entoure. Avant d’entamer un projet elle peut s’inspirer de photos prises lors de ses voyages ou de ses souvenirs. De ses moments volés elle créera une texture, une palette de couleur, un pattern. Mais Gemma peut aussi commencer un projet avec rien d’autre qu’un fidèle crayon de papier et une page blanche. Parmi ses influences, elle ne citera pas un seul et unique mentor, mais elle pioche ci et là des conseils qu’elle entend, qu'elle apprend, tout au long de sa vie. Elle citera tout de même lors d’une interview le fondateur du Jacky Winter Group, Jeremy Wortsman comme ayant été particulièrement important pour elle. 
Elle cite aussi celui qui est pour elle le « dieu de l’illustration » James Jean et le studio de design « I Love Dust » de Bristol.
Besoin d'un graphiste pour créer votre logo, flyer, plaquette ? Déposer une annonce Devis 100% gratuit - sans inscription - recevez 10 propositions en moyenne
Ce qui plaît le plus à Gemma O’Brien dans le processus de création, c’est la réalisation matérielle de sa pensée créative, elle dit elle-même « j’aime le processus de la pensée créative, la récompense de voir physiquement quelque chose que vous avez imaginé, qu'il devienne réel et (de pouvoir le) travailler avec ses mains ». Pour Gemma l’authenticité prime est devient même indispensable dans une société qui se digitalise à toute allure et qui tend à déshumaniser. Alors que ses premiers clients lui demandaient de laisser des traits d’esquisse pour gagner en authenticité, l’Australienne décida de travailler à la main sur toutes ces lettres. Pour elle, le lettrage est à la fois vrai, réel et authentique. On peut ressentir de l’authenticité et de la matière au travers de la typographie en utilisant des techniques old-school comme la craie, le sign-painting (L’art de peindre sur des façades, panneaux publicitaires, etc. dans le but de promouvoir un produit ou un service) ou encore l’imprimerie. Gemma O’Brien, qu’importent toutes les distinctions qu’elle a d’ores et déjà pu recevoir pour son travail, révèle que le plus dur reste le doute. Douter de soi, de son talent, du projet en cours et se sentir coincé dans un schéma créatif trop répétitif voir trop maîtrisé.  Elle aime à penser que le monde de l’art ne devrait pas être perçu comme il l’est aujourd’hui : prétentieux et élitiste. Selon elle l’art peut prendre tellement de formes, il y à tellement de moyens d’expérimenter et de vivre l’art, le représenter, l’apprécier, l'exprimer devrait être accessible à tous. Le travail de Gemma O’Brien gravite entre le monde du design commercial et le monde l’art. C’est ce qui lui a permit de se diversifier autant et de se faire reconnaître au travers de son travail au-delà de la simple exposition en galerie. Qui pour elle peuvent s'avérer être des paramètres qui limite parfois l’expressivité de l’art d’ou l’intérêt pour Gemma O’Brien de se challenger avec des commandes plus commerciales.
Besoin d'un imprimeur ? Profitez de 58€ de réduction de bienvenue En exclusivité, chez Exaprint, pour les pros des arts graphiques*
*Chaque nouvel inscrit venant de la part du site KobOne dispose d'un crédit de 58€ lors de sa première commande. Pour profiter de votre remise de bienvenue merci d'utiliser le code exclusif précisé sur la page d'inscription spéciale.

Cet article vous a plu?

Merci de le partager auprès de vos amis graphistes !