L’impression typographique ou “letterpress” redécolle

En général, quand on dit d’une entreprise qu’elle a du plomb dans l’aile, c’est qu’elle est plutôt en mauvaise posture. Le Letterpress change pourtant la donne : c’est bien grâce au plomb que l’impression à l’ancienne regagne ses lettres de noblesse. Alors que nous pourrions croire que le numérique est capable de toutes les prouesses, que les mérites des imprimantes 3D sont vantés un peu partout, ce sont bien d’antiques caractères en plomb qui donnent des ailes aux imprimeurs traditionnels.

Besoin d’un graphiste pour vos cartes de visite, logo, plaquette ?
Déposer une annonce
Devis 100% gratuit – sans inscription – recevez 10 propositions en moyenne

Une histoire qui ne s’est jamais effacée

Tout le monde – ou presque – connaît l’histoire de l’imprimerie et de son inventeur, Johannes Gensfleisch, plus réputé sous le nom de Gutenberg. C’est au XVe siècle qu’il mit au point ses premières machines dédiées à l’impression. Bien qu’un peu lentes, elles ont pourtant laissé leur marque dans leur mémoire et dans notre histoire. Néanmoins, on se rappelle un petit peu moins que les lettres mobiles qu’il utilisait pour composer ses pages avaient été découvertes en Orient plusieurs siècles auparavant. Certains considèrent donc que monsieur Gutenberg se contenta de mécaniser ce procédé et d’y ajouter du papier, les impressions étant alors effectuées sur tissu. Pendant des années, voire des siècles, ce sont pourtant ses machines et leurs dérivés qui ont été utilisées pour imprimer la plupart des textes que nous avons admirés ou tenus entre nos mains. La technique a donc longtemps été la même : il s’agissait de composer une plaque à l’aide de caractères mobiles, en bois puis en plomb, de les imbiber d’encre et de les presser sur le papier. Cette action, quoique modernisée, a été répétée tout au long des générations jusqu’au XXe siècle, avant de laisser sa place à l’impression offset. Depuis quelques années, pourtant, grâce à une impulsion venant des pays anglo-saxons, l’impression typographique (communément appelée Letterpress, car ses lettres pressent le papier) connaît un nouvel essor. Le plomb des caractères a juste été remplacé par du photopolymère, moins onéreux et capable de reproduire des motifs de plus en plus complexes avec une qualité d’impression toujours plus nette.

Des machines inépuisables

Il serait facile de croire que les imprimeurs, séduits par les technologies modernes, ont depuis longtemps reléguées les presses typographiques aux mains des collectionneurs. Il suffit pourtant d’aller faire un petit tour dans les ateliers pour réaliser que nombre d’entre eux possèdent encore ces presses et, mieux, les utilisent régulièrement, même si ce sont pour des travaux qui, a priori, ont peu à voir avec l’impression. Ce voyage dans le passé est possible uniquement parce que ces machines, d’une grande polyvalence, sont aussi extrêmement résistantes. Elles sont su traverser les années sans rouiller et en continuant à se rendre utiles. Différents modèles ont existé : certains étaient plus réservés aux faire-part et aux petits formats de type cartes de visites, d’autres s’adaptent à toutes les demandes. C’est bien sûr ces derniers qui comptent aujourd’hui parmi les plus recherchés par les imprimeurs qui reviennent à ces techniques anciennes. Il faut savoir que certains de ces outils, à l’instar de la presse Heidelberg, sont capables d’étiqueter, de numéroter, perforer, poinçonner, fendre, gaufrer, découper ou dorer à chaud. Toutes les épaisseurs de papier peuvent passer entre leurs rouleaux, de papier pelure au carton, voire même au cuir, au tissu ou au plastique pour quelques presses.

Il n’y a pas de creux dans l’imagination

Ce qui a d’abord séduit les amateurs de l’impression typographique, ce sont les creux qui enrobent les lettres, ce relief plus ou moins prononcé qu’il est impossible de retrouver en offset et qui signe les impressions les plus luxueuses. Ces creux améliorent les perceptions, au toucher comme à l’œil, faisant ressortir les lettres en créant des zones plus ombrées. Le texte semble moins aplati, plus dynamique. Il est possible d’ailleurs de l’encrer ou non. L’effet d’un creux sans couleur apposée dessus, créé par la pression des lettres mobiles, est appelé « débossage ». L’inverse est également possible grâce à ce procédé. Il s’agit du gaufrage, ou de l’embossage, qui crée des formes en relief très appréciées des créatifs. La profondeur des creux ou bosses dessinés sur le papier dépend entièrement de la pression appliquée par les lettres et peut se retrouver ou non sur le verso et le recto, en fonction des demandes effectuées. Ce type d’impression permet donc une grande liberté. Les couleurs sont également plus vives avec l’impression typographique car l’encre est directement apposée sur son support, sans intermédiaire. Par ailleurs, l’impression sur la tranche ou les effets de dorure ne peuvent être obtenus que grâce au Letterpress.

Des lettres au goût du jour

L’impression typographique a donc fait son retour chez nous sous l’impulsion de clients anglo-saxons. Grâce à internet, les Français ont également vu fleurir les images de faire-part ou de cartes de visite réalisés en Letterpress et ont très vite eu envie de les imiter. Il faut dire que ces jolis papiers épais aux reliefs bien visibles avaient tout pour séduire. Il y a quelques années encore, pourtant, il restait difficile de trouver dans l’Hexagone des imprimeurs capables de répondre à cette demande. D’ailleurs, même s’ils ont suivi la tendance et qu’ils sont maintenant plus nombreux, il faut parfois contacter plusieurs imprimeurs avant d’en rencontrer un qui sache embosser et débosser sans crainte. Ces techniques restent d’ailleurs souvent réservées aux personnes qui ont un peu plus de budget car elles demandent évidemment plus de manipulations que l’offset. C’est ainsi que l’on pourra voir des cartes de visite luxueuses issues de l’impression typographique exhiber leurs creux, ce qui restera toujours plus difficile pour les impressions premiers prix. La beauté se paie toujours plus cher.

Quelques exemples de réalisations LetterPress

Voici quelques exemples consultables sur les sites d’imprimeurs en ligne proposant l’impression de vos créations en LetterPress *:

  • Badcass :
    Exemple de prix : 1 couleur recto seul / pour 500 exemplaires : 175 €HT (soit l’unité : 0,35 €HT / 0,42 €TTC) Impression letterpress 1 couleur Pantone Solid Uncoated. Papier 500 g, disponible en blanc naturel ou blanc pur
    badcass-Aurely_Gregory_1



  • Cocorico-letterpress
    Atelier letterpress spécialisé en imprimerie typographique faire-part, cartes de visite, papeterie, débossage, gaufrage, façonnage, découpecarton-sous-bock-cocorico-letterpress



  • Poppypress
    Impression typographique a Toulouse pour faire-part mariage, faire-part naissance, carte de visite, carte de voeux02CarteVisiteImpressionLetterpressDebossageCouleurSurTranchePoppypress



  • Exaprint
    Exemple de prix : 57€HT 250 cartes de visite gaufrées pelliculage mat, recto seul
    exaprint



  • Letterpress.fr
    100 exemplaires , recto seul, une couleur, format A7 (10,5cm X 7,4cm), papier 300g , 237 €
    letterpress



  • Spind
    Imprimeur letterpress situé en région parisienne spécialisée dans le débossage, le marquage à chaud, la couleur et la dorure sur tranche.
    Exemple de prix : 250 ex. / papier Colorplan White 700g/m² / 1 couleur recto-verso = 231,50€ HT (soit 0,92€ HT l’unité)


    * tarifs et offres relevés au 23/03/2016 via Google « imprimeur letterpress » – pour les relevés de prix à jour merci de vous rendre directement sur les sites des imprimeurs en ligne concernés – lise non exhaustive


Vous souhaitez une belle création pour vos cartes de visite Letterpress ?
Déposer une annonce
100% gratuit – sans inscription – recevez 10 devis de graphistes
KobOne
About 
KobOne c’est plus de 75 000 professionnels inscrits qui viennent s’informer sur leurs statuts ou problématiques techniques. Trouvez le meilleur créatif pour votre projet. Faites le mix parfait entre expérience, prix et références.
250 cartes de visites SoftTouch + Vernis 3D gratuites
OFFRE DE NOTRE PARTENAIRE EXAPRINT
Gratuit 250 cartes pelliculées mat Soft Touch + Vernis sélectif 3D recto Exa-Bigfoot-PelliculageSoftTouch_250_GRATUIT
Je profite de l'offre
Combien vendre la création d’un flyer
Outils et Services freelances
KobOne-calculflyer
Utilisez notre calculette pour estimer au plus juste combien vendre votre création de flyer
Faire une simulation