Interview Illustrateurs freelance BAR LE DUC 

Mon travail : Pourrais-tu nous expliquer en quelques mots quelle est ton activité?

Après une formation d'artiste lissier à la Manufacture nationale des Gobelins, spécialité de haute-lisse, j'ai voulu faire de l'illustration jeunesse, mais j'étais inexpérimentée et j'ai mis mes projets de côté.

En 2017, encouragée par mon compagnon, j'ai commencé à exposer et présenter mon travail.

Aujourd'hui, je suis dessinatrice, avec une prédilection pour le crayon graphite. M'inspirant d'une approche naturaliste et réaliste, avec le souci du détail, j'aime rendre les expressions lorsque je dessine autant les animaux que les hommes. Je travaille aussi le crayon de couleur et le pastel.

Ma tendance au réalisme me rapproche du dessin naturaliste et d'un univers doux qui se prête à l'illustration jeunesse.

Je travaille par ailleurs la peinture à l'huile, souvent plus abstraite, et l'acrylique, avec pafois l'ajout de collage, souvent dans un univers enfantin et poétique.

Depuis quelques temps, je m'intéresse également aux techniques de l'enluminure, créant mes propres modèles inspirés toujours par la nature, les mondes poétiques et les contes et légendes.

Je donne également des cours de dessin dans mon atelier, j'y anime des ateliers artistiques (enluminure, modelage, vitrail...) pour enfants et adultes, et j'interviens également dans les musées, écoles et autres structures.

Mes clients, mes projets : Quel est le type de client pour lequel tu travailles le plus aujourd’hui ? Pour quels nouveaux clients souhaiterais-tu travailler ?

Mes principaux clients aujourd'hui sont des particuliers.

Je souhaite développer mon activité d'illustratrice jeunesse et à tendance naturaliste, travailler avec des maisons d'éditions et des entreprises.

Vision de mon métier : Quels sont les sujets ou préoccupations par rapport à ton métier qui te questionnent?

La principale difficulté pour moi est d'arriver à vendre mon travail, je vois autour de moi des artistes qui sont installées depuis longtemps et qui trouvent que le métier est de plus en plus difficile d'un point de vue économique.
Cela m'inquiète un peu, mais je reste persévérente car j'aime ça !

Ma formation : Peux-tu nous présenter ton parcours et nous en donner les points forts ? Quels sont les spécificités de ta formation ?

Après une scolarité alternative en école Steiner-Waldorf, j'ai fait une formation d'artiste lissier, spécialité haute-lisse entre 1995 et 1999 à la Manufacture nationale des Gobelins. Les matières étudiées étaient la tapisserie, le dessin et l'histoire de l'art. J'en suis sortie diplômée avec mention bien, mais je ne suis pas restée pour y travailler car la vie parisienne m'étouffait un peu.

J'aurais aimé être illustratrice jeunesse, mais ne savais pas trop par quel bout prendre les choses et j'ai laissé tombé. J'avais 20 ans, et je suis partie voyager.
Ensuite, je me suis occupée de mes quatre enfants en instruction en famille.

En 2017, encouragée par mon nouveau compagnon, j'ai commencé à exposer mes dessins.

En octobre 2018, j'ai trouvé un atelier dans une ancienne école, et j'ai pu commencer à donner des cours en plus de la réalisation de mes travaux personnels.

Mes références : Quels sont pour toi les référents de ton métier, les projets ou personnages qui ont marqué ton métier ou ta culture personnelle et professionnelle?

J'ai toujours été attirée par l'univers de la littérature et de l'illustration jeunesse. Petite déjà, je vivais ma vie dans les livres, je voyageais en pensée grâce aux textes et aux images. 
J'ai été élevée à la lecture des contes classiques du monde entier et aujourd'hui encore je suis lectrice de contes, et de littérature jeunesse.

Petite, j'aimais les livres illustrés par Bernadette (éd. Nord-Sud), Gerda (Père Castor), les illustrations de Sibylle von Olfers (éd. Iona) et celles des contes russes d'Ivan Yakovlévitch Bilibine qui m'ont subjugée.

Plus tard, j'ai aimé la peinture des préraphaélites, l'art médiéval et notamment l'enluminure, Albrecht Dürer, Léonard de Vinci, l'univers d'odilon Redon, de Chagall et bien d'autres encore.

Etant sensible à l'écologie et la nature en général, je me suis intéressée à mon environnement naturel et j'ai pris plaisir à le dessiner, à rendre la beauté d'un animal, d'un oiseau, d'une fleur...


Mes outils : Quels sont les logiciels et matériels que tu utilises le plus souvent ?

J'aime varier les techniques, mais j'utilise principalement le crayon graphite, puis aussi les crayons de couleur, l'huile, l'acrylique, le collage. Pour le travail d'enluminure, j'utilise principalement du parchemin végétal, de l'or en feuilles ou à la coquille titrant 23,75 carats, de l'argent, du bru de noix et de la gouache à la gomme arabique.
Je compte me mettre au dessin numérique prochainement.

Mes sources, ma culture : Le ou les sites sur lesquels tu vas régulièrement, les magazines que tu lis, les lieux et images qui t’inspirent…

Je vais assez peu sur des sites précis, ça dépend de mon inspiration et du travail du moment. En ce moment, je lis les revues de la Salamandre. J'aime les lieux sauvages, les monuments du patrimoine, aller découvrir de beaux endroits que je ne connais pas, parfois proches de chez moi.